Lady Diana : et si son accident n’en était pas un ? Les circonstances continuent d’intriguer !

Lady Diana, également connu sous son surnom Lady Di, ou de son nom Diana Spencer était l’épouse du prince Charles et la mère des princes William et Harry.

Décédée à l’âge de 36 ans des suites d’un de voiture survenu le 31 août 1997 à Paris, la mort de Lady Diana continue d’intriguer les esprits. Et à raison puisque de nombreux faits et preuves qui suggèrent que cet n’est pas le fruit du hasard continuent d’affluer.

Un tragique événement

Lady Diana perdit la vie le 31 août 1997, lorsque sa Berline vint percuter le treizième pilier du tunnel du pont de l’Alma, à Paris. En dehors de la princesse, il y avait Henri Paul, son chauffeur et Dodi Al-Fayed, son compagnon, dans la voiture. Les deux hommes moururent sur le coup. Mais il y avait aussi un troisième homme, Trevor Rees-Jones, le garde du corps de la princesse, qui fut le seul survivant de cet affreux accident.

En effet, même si Lady Diana fût encore vivante quand les secours arrivèrent sur les lieux de l’accident, l’ex-épouse du prince Charles fît plusieurs arrêts cardiaques dans l’ambulance pour finalement expirer son dernier souffle deux heures après son arrivée à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

La britannique avait commandité le meurtre de Lady Di ?

Deux enquêtes furent ouvertes. La première avait été menée par la justice française pendant deux ans tandis que la seconde enquête, baptisée Operation Paget, avait été réalisée par Scotland Yard entre les années 2004 et 2008. Les deux enquêtes conclurent qu’il s’agissait d’un malencontreux accident de la route provoquée par le taux d’alcoolémie présent dans le sang du chauffeur – qui était entre 1,7 à 1,9 gramme par litre de sang – ainsi que la trop grande vitesse du véhicules, qui roulait dans les 105 à 155 kilomètres par heure, aboutissant à cette sortie de route.

Néanmoins, est-ce vraiment la vérité ? Des théories pullulent effectivement quant aux circonstances de la mort de Lady Diana, particulièrement appréciée par les Britanniques. Certains, comme le père de Dodi Al-Fayed, Mohamed Al-Fayed, affirment que loin d’être un banal accident de la route, la mort de Lady Diana est un meurtre commandité par la famille royale et plus précisément, par le père du , le prince Philip, époux de la reine Elizabeth II. Mohamed Al-Fayed soutient également que le prince Philip avait confié cette sale besogne aux services secrets britanniques…et une note rédigée par Lady Diana en personne semble confirmer ces soupçons.

Lady Diana avait senti sa mort approcher

En effet, le journal britannique Mirror avait révélé en 2003 que Lady Diana avait écrit une lettre en octobre 1996 qu’elle avait confiée à son majordome Paul Burell dans laquelle elle fit part de ses inquiétudes en ces mots :

Cette période précise de ma vie est la plus dangereuse. Mon mari est en train de planifier un « accident » avec ma voiture (qui serait officiellement due) à une défaillance des freins et une grave blessure à la tête.

Selon la princesse, cet assassinat aurait pour objectif de permettre au prince Charles de se remarier. Mais Scotland Yard a vite fait de balayer cette note qui pourrait constituer une preuve à charge contre le membre de la royauté britannique.

Mais cela mis à part, l’accident aurait également pu être évité si Dodi Al-Fayed, le compagnon de Lady Di, n’avait pas insisté pour aller à Paris. Mais loin de se douter que la mort les y attendrait, l’amant de la mère du prince William et du avait seulement eu pour intenter de demander Lady Diana en après lui avoir offert une bague de fiançailles de chez le joailler Alberto Repossi. Une bague sur laquelle la princesse avait lorgné lors d’un précédent voyage.


Arielle Cardin

Arielle Cardin

Passionnée par l'écriture depuis mon plus jeune âge et maman de deux enfants, je partage aujourd'hui mon temps entre la rédaction de news people et ma vie de famille !